Interview Bertin Junior Pandi, BGE PaRIF

Mardi 1 juin 2021 | Cité des métiers | 8 min de lecture

BGE PaRIF, partenaire de la Cité des métiers, a lancé en avril 2021 le dispositif Activ’Créa.  A cette occasion, nous avons interviewé Bertin junior Pandi, en sa qualité de conseiller, sur le rôle de ce nouveau dispositif et l’intérêt du partenariat en cours avec la Cité des métiers de Paris-CDG et ses environs.

Paris CDG Alliance

1/ Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre mission et celle de BGE ?

Je m’appelle Bertin junior Pandi, je suis conseiller en création d’entreprise au sein de BGE PaRIF depuis un peu plus d’un an. Suite à différentes expériences en tant que conseiller financier puis responsable de pôle information jeunesse, j’ai découvert un réel intérêt pour l’accompagnement les publics. Au fur et à mesure, je me suis spécialisé dans l’entreprenariat car le développement local m’intéresse énorménent.

Actuellement, ma mission consiste à accueillir et accompagner des porteurs de projet de création d’activité, dans le cadre de 2 dispositifs :

Le premier, Activ’Créa, est ouvert à tous les demandeurs d’emploi qui souhaitent entreprendre. Il s’agit d’un programme d’accompagnement personnalisé qui permet d’explorer la création ou la reprise d’entreprise comme opportunité de retour à l’emploi.

Le second, Entrepreneur #LEADER, propose un accompagnement personnalisé, un parcours sur le long terme, des diagnostics, différents ateliers, etc. Ce programme est accessible dès la phase de création d’une entreprise et ce jusqu’à 3 ans après. Il est bâti en 3 étapes :

  1. Bâtir son projet: On procède à un diagnostic, puis on monte le projet : étude de marché, élaboration de la stratégie commerciale, étude financière, étude juridique, etc.
  2. Financer son projet: Après analyse des différentes solutions de financement, le candidat créateur est orienté vers les partenaire financiers du programme (Adie, Initiative Île-de-France, France Active, Réseau entreprendre) et les banques pour négocier son financement.
  3. Piloter son entreprise: Pour bien lancer la croissance de de l’entreprise, un accompagnement les 3 premières années est proposé. Cet accompagnement permet de sécuriser le démarrage de la nouvelle activité et donner toutes les chances de succès à l’entreprise.

Les BGE sont des associations présentes sur tout le territoire national. Elles existent depuis plus de 40 ans et sont organisées en réseau. Leur métier consiste à d’aider les créateurs à entreprendre mais également à accompagner la phase post création, comme je viens de l’expliquer à travers ces deux dispositifs. Nous œuvrons pour faire de l’entreprenariat une réalité accessible à tous.

Notre offre de service se décline en 3 axes :

  • Conseils individualisés ;
  • Formations dans le domaine de l’entreprenariat et la gestion d’entreprises, dédiées aux chefs d’entreprises et futurs dirigeants ;
  • Couveuses-Lab, qui permettent aux candidats créateurs ayant formalisé leur projet, de tester en grandeur réelle leur idée et leur stratégie commerciale pendant 6 à 8 mois. Les « couveuses-lab » sont reconnues par la loi (contrat CAPE) et permettent de tester un projet d’entreprise de façon légale et sécurisée sans être immatriculé.

 

2/ Pouvez-vous nous parler plus précisément du dispositif Activ’Créa de Pôle Emploi déployé par BGE PaRIF ?  

Comme je le disais précédemment, Activ’Créa est un programme d’accompagnement personnalisé, proposé par Pôle emploi, qui favorise l’émergence de projets. Il permet d’explorer la création ou la reprise d’entreprise comme une opportunité de retour à l’emploi.

Ce dispositif est destiné aux demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi qui ont envie de créer et démarrent tout juste leur réflexion. Nous les accompagnons pendant 3 mois afin de consolider et enrichir leur idée d’entreprise et en étudier sa faisabilité. Pendant ces 3 mois, ils bénéficient de RDV individualisés et participent à des ateliers en vue de développer leurs compétences, réfléchir au marché à cibler et étudier la pertinence de leur idée.

Il arrive que certains profils ne soient pas éligibles à ce dispositif ; nous vérifions cela lors du diagnostic réalisé en premier RDV. Dans ce cas, ils sont orientés vers d’autres dispositifs d’accompagnement ou de formation.

 

3/ Comment est envisagé le partenariat avec la Cité des métiers ? L’intérêt de ce partenariat selon vous ?

Nous sommes totalement engagés au sein de la Cité des métiers Paris-CDG. Je pense que ce partenariat qui démarre va énormément se développer. Et à titre personnel, je suis assez impatient que le contexte sanitaire s’améliore pour pouvoir commencer à accueillir les publics dans l’espace de la Cité des métiers (et non en distanciel) et les accompagner dans leur orientation.

Je pense qu’il y a une véritable prise de conscience en France aujourd’hui des opportunités liées à la création d’entreprise. Cet aspect est parfaitement intégré dans les réflexions liées au parcours professionnel des publics que nous recevons au quotidien.

Ce partenariat nous permet également d’intégrer un réseau de partenaires impliqués à différents niveaux et moments du parcours professionnel des personnes. Ce regroupement est d’ailleurs très utile pour le porteur de projet. Cela lui permet d’avoir accès à différents types de conseils, selon ses besoins, dans un seul et unique lieu. Cela favorise un accompagnement multi-partenarial, et donc complet. Le fait d’être situé dans un même lieu facilite également la communication entre partenaires. Il sera plus simple pour nous d’orienter la personne vers l’acteur qui saura répondre à ses besoins précis.

 

4/ La crise sanitaire a-t-elle apporté des changements/évolutions sur les profils que vous recevez ou les types de projets présentés ?

Je suis arrivé à BGE PaRIF en pleine crise sanitaire. Lors du premier confinement, nous avons fait face à une forte baisse d’activité, mais elle a ensuite repris normalement. Nous continuons à accompagner des projets, tous très diversifiés. Cependant, dans le contexte actuel, certains projets liés par exemple au secteur de la restauration ou du transport aérien sont beaucoup moins représentés. Inversement nous avons plus d’activités en lien avec internet, le coaching, les ressources humaines, etc.

Les profils des créateurs que nous accompagnons n’ont pas vraiment évolué. Rare sont les porteurs de projet de moins 25 ans. Nous accueillons principalement des personnes qui ont déjà une première carrière professionnelle derrière eux et qui ne souhaitent plus être salariés. Ils profitent de la crise et de leur période de chômage partiel pour se lancer et changer les choses.

 

5/ Pour conclure, pensez-vous que c’est le bon moment pour créer son entreprise ?

Y a-t-il un bon moment pour créer une entreprise ? Personnellement, je pense que dans chaque situation, il y des opportunités, et certaines ouvrent des possibilités de création d’entreprise. Beaucoup de personnes franchissent le pas et créent leur entreprise. Est-ce bien ou pas ? Cela dépend des situations et toutes sont différentes.

Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises recourent à des autoentrepreneurs pour ne pas embaucher et éviter la prise de risque. Cela facilite la création d’entreprise mais risque bien évidement de précariser ces personnes. Notamment dans le bâtiment : il y a beaucoup de personnes qui viennent nous voir parce qu’ils veulent créer leur microentreprise. Nous pouvons également penser qu’avec l’utilisation d’internet, de nouveaux marchés, dont nous n’avons pas encore connaissance, vont se créer.

En conclusion, je pense qu’il n’y a pas de bon ou mauvais moment pour créer son entreprise : il faut savoir répondre au besoin à l’instant T et anticiper la suite ; c’est-à-dire saisir les opportunités, s’adapter sans cesse….et ne pas hésiter à se faire accompagner pour progresser dans son métier de dirigeant, développer ses compétences et prendre du recul régulièrement sur son activité avec un conseiller dont c’est le métier d’aider à analyser la situation et trouver des solutions pour résoudre les problèmes et gagner en efficacité.

Bertin Junior Pandi

actualités actualités actualités actualités

Les dernières actualités

Taille de la police