Catégorie : Attractivité

SAAIS 2021 : une édition digitale réussie !

Lancé en 2011, le Sustainable Airport Areas International Seminar (SAAIS) est un séminaire porté par Paris CDG Alliance et sponsorisé par le Groupe ADP qui réunit, chaque année, une dizaine de places aéroportuaires internationales autour de problématiques en lien avec le développement économique durable. La richesse des échanges menés lors de chacune des éditions permet également, chaque année, de maintenir et développer une coopération sur le long terme avec les places aéroportuaires partenaires.

Compte tenu de la crise sanitaire, la 10ème édition anniversaire de l’événement fut organisée sous la forme d’un séminaire digital, sur la thématique « How to build more resilient and successful airport areas in a post-covid world ? ».

Afin d’assurer la digitalisation de l’événement, Paris CDG Alliance a bénéficié de l’expertise de la société prestataire TEAZIT, lauréate de l’appel d’offres lancé en juin 2021 par l’Alliance, pour le tournage et la diffusion du séminaire digital.

 

Grâce à un beau travail coopératif entre les membres et partenaires de Paris CDG Alliance, les participants en ligne ont profité d’un riche moment de partage structuré autour de 4 panels, symbolisés par les 4 piliers du séminaire.

 

Panel 1/Développement Economique : Développement économique des places aéroportuaires durables… vers un nouveau modèle ?
Panel 2/Emploi et Ressources Humaines : Préparer la reprise en anticipant l’évolution des besoins en ressources humaines.
Panel 3/Urbanisme : Développer des villes aéroportuaires attractives et durables : comment intégrer davantage la dimension de bien-être ?
Panel 4/Développement Durable et Environnement : Encourager le renouvellement du secteur industriel grâce aux énergies renouvelables – la solution de l’hydrogène.

 

L’Alliance tient à remercier tous ses membres et partenaires ainsi que l’équipe de TEAZIT pour leur engagement respectif dans l’organisation du SAAIS. Un grand merci également à tous les institutionnels ainsi qu’à chacun des 18 speakers venus du monde entier, pour leur expertise, leur sens du partage, sans qui l’événement n’aurait pu voir le jour. Grâce à ce travail collectif mené tout au long de ces derniers mois, vous avez fait du SAAIS, cette année encore, un réel succès (avec un taux de satisfaction supérieur à 9/10) !

 

A l’année prochaine, pour une nouvelle édition à co-construire ensemble !

 

Pour (re)voir le séminaire cliquez-ici

 

Justine GONZALEZ

Interview de Jean-Marc Paris, AFT Transport et Logistique

 

Le 23 juin 2021, les équipes de l’AFT ont collaboré avec Paris CDG Alliance et La Cité des Métiers de Paris-CDG et ses environs, au Forum Transport et Logistique ! À cette occasion, nous avons interviewé Jean-Marc Paris, délégué régional Ile-de-France, sur le rôle de l’AFT et l’intérêt du partenariat avec Paris CDG Alliance. Ainsi que son point de vue sur l’évolution de la filière transport et logistique.

 

Pouvez-vous vous présenter ? Qu’est-ce que l’AFT ? Son rôle ?

L’AFT est une association à but non lucratif. Sa mission consiste à développer la formation professionnelle et l’emploi en Transport-Logistique, pour les entreprises relevant de la convention collective nationale des transports routiers et activités auxiliaires du transport (transport pour compte d’autrui) et les entreprises industrielles et commerciales disposant de moyens de transport. Elle joue un rôle d’interface entre les représentations professionnelles du transport, les pouvoirs publics et les acteurs de l’orientation et de l’emploi. L’AFT est présente sur l’ensemble de la France métropolitaine via 17 délégations régionales.
Ses missions :

  • Analyser les évolutions du secteur ;
  • Développer l’enseignement en Transport et Logistique ;
  • Soutenir les lycées, IUT et Universités (mise à disposition de véhicules-écoles, organisation de Journées Régionales Techniques, etc.) ;
  • Cofinancer la formation professionnelle ;
  • Informer et orienter les publics vers les métiers et formations du Transport et de la Logistique ;

Accompagner les entreprises du secteur sur leurs problématiques de formation, d’emploi et sur les questions sociétales.

A l’AFT depuis 2008, j’exerce la fonction de délégué régional Ile de France au sein d’une équipe de 4 personnes basée à Rungis.  Nous travaillons sur des missions de valorisation de nos métiers [NDLR : filière transport et logistique], d’orientation des publics, d’attractivité des formations transport – logistique et le déploiement de tout projet en phase avec la promotion de notre secteur d’activité. En relation avec les grands opérateurs publics et privés, l’AFT est l’interface entre les entreprises, le monde institutionnel et politique et les publics qui souhaitent intégrer nos métiers.

 

Quel est, pour vous, l’intérêt du partenariat avec Paris CDG Alliance ?

Le partenariat avec Paris CDG Alliance remonte maintenant à plusieurs années. L’Alliance rassemble des acteurs publics et privés du territoire de Paris–CDG et ses environs. Ce partenariat nous a permis de nous rapprocher d’un acteur institutionnel qui bénéficiait à la fois d’un ancrage territorial et d’un ancrage politique au sein d’un des territoires les plus dynamiques de la région Ile-de-France.  Il s’est construit selon trois orientations :

  1. L’exploitation des études chiffrées produites par Paris CDG Alliance via son Observatoire dynamique. La mise en parallèle de ces données chiffrées avec celles produites par notre observatoire de branche nous a permis de pouvoir produire des actions sur le terrain que nous avons mis en œuvre conjointement.
  2. La construction de partenariats avec les acteurs locaux présents sur les 50 communes qui travaillent depuis plusieurs années avec l’Alliance. Cette collaboration a contribué à mieux faire connaitre les missions de l’AFT au sein de ce territoire et de fédérer autour de projets innovants les acteurs du Service Public Régional de l’Orientation (lien article sur le sujet).
  3. Le lancement de projets récurrents et conjoints sur le bassin d’emploi et/ou en Ile-de-France. Depuis plusieurs années la “Semaine du Transport et de la Logistique” est devenue un événement incontournable sur Paris-CDG et ses environs. Cette année, avec la crise sanitaire, elle s’est transformée en “ Festival du transport et de la logistique“ à l’échelle régionale : de mars à septembre 2021 pas moins de 35 ateliers et forums ont été construits à destination des entreprises et du grand public. Il est prévu avec l’ensemble des acteurs qui ont contribué à cette réussite de faire perdurer l’événement en 2022.

 

A votre avis, comment va évoluer la filière Transport – Logistique ?

La filière Transport et Logistique se porte bien malgré le ralentissement que nous avons connu depuis mars 2020. Les chiffres, au 31 décembre 2019, montrent que nous totalisons en Ile-de-France presque 148 000 salariés avec une progression constante depuis 2010. Les effectifs en Ile-de-France représentent 1/5e des effectifs nationaux de la branche (744 357), avec plus de 6 000 emplois créés en 2019 soit une progression de (+ 4,3 %) par rapport à 2018

Le nombre de création d’établissements a également été important en 2019 avec une augmentation de près de 6 % en Ile-de-France. Nous devons souligner que le nombre de création d’entreprise sans salariés a explosé et représente 28 300 établissements contre 9 100 avec salariés. Cette constatation est essentiellement due à l’explosion du e-commerce et à la livraison du dernier kilomètre qui en 2020 et 2021 a progressé de près de 10 %. Même s’il convient d’être prudent sur la période 2020 et 2021, globalement l’activité est de nouveau à la hausse.

 

Question complémentaire : Selon vous que manque-t-il ? (Formation, intérêt des demandeurs d’emploi pour la filière…)

C’est la question la plus compliquée et pour laquelle il n’y a malheureusement pas de réponse évidente. Les raisons sont multiples.

En premier lieu, notre secteur d’activité est un secteur très réglementé. 80 % du plan de formation d’une entreprise du secteur est destiné à des formations obligatoires ou quasi obligatoires. On ne peut pas accéder à nos métiers sans bénéficier de ces formations. A titre d’exemple, un conducteur poids lourd ne peut conduire sans bénéficier d’une formation onéreuse de plusieurs mois.

En second lieu, l’attractivité du secteur reste prouver auprès des jeunes générations. Malgré un travail de plus de 50 ans sur le sujet, il nous reste encore à convaincre avec de nouveaux modes de communication, de nouvelles façons d’aborder le secteur.

Nous devons aussi convaincre les jeunes femmes de se projeter dans nos métiers. La mixité est un enjeu même si, d’années en années, nous voyons progresser le taux de mixité en formation et en emploi. Nous constatons souvent que certains métiers du transport sont des métiers de seconde partie de carrière. Cela prouve bien qu’il faut convaincre les jeunes de s’orienter vers ces métiers dès le collège ou le lycée.

 

Aujourd’hui nous constatons que beaucoup de personnes associent le transport et la logistique sur Paris-CDG uniquement au transport aérien. Selon vous, comment peut-on changer cette perception erronée ?

En effet c’est un constat que nous avons souvent eu l’occasion de remonter auprès des différents partenaires avec qui nous travaillons. L’attractivité des deux aéroports Charles de Gaulle et Le Bourget est telle qu’ils masquent, en termes de communication, les métiers qui gravitent autour de ces activités. Aussi, les « métiers de l’aéroportuaire » sont souvent associés à l’aérien, or ce n’est pas le cas.

Nous devons encore travailler auprès du grand public avec une approche sectorielle afin de faire comprendre que nos métiers sont en constante évolution et que certains champs, encore peu développés il y a encore quelques années, sont en train d’exploser. L’univers de la logistique est vaste. Il n‘est pas facile à expliquer auprès du grand public.  Nous devons aussi nous efforcer de faire comprendre la multitude des activités et des métiers qui sont connexes aux métiers de l’aérien et qui font l’objet d’une formation qualifiée, d’un métier prometteur et d’une rémunération appropriée.

 

Il faut savoir que cette activité est en train de rejoindre les secteurs les plus porteurs (d’ici 2030).

 

 

Jean-Marc Paris

 

Le point sur les actions du Comité Attractivité

Début mai, les membres de l’Alliance se sont réunis dans le cadre du Comité Attractivité, afin de :

  • Revenir sur les actions menées collectivement depuis le précédent Comité de novembre 2020 ;
  • Rappeler les orientations stratégiques des missions Attractivité sur le territoire ;
  • Actualiser la feuille de route pour le prochain semestre 2021.

Les membres de l’Alliance ont, en effet, réalisé collectivement une trentaine d’actions d’animation et de promotion territoriale depuis novembre 2020, incluant, notamment divers groupes de travail avec les acteurs territoriaux, des rencontres bilatérales avec les partenaires internationaux ou encore, la mise en ligne du nouveau site internet de l’Alliance en français et en anglais.

Le Comité a permis de confirmer la poursuite des travaux engagés. Ces derniers s’articuleront autour de 3 grandes thématiques :

  • La stratégie immobilière, pour laquelle l’Alliance et ses membres ont convenu d’un nouveau process à mettre en place, en matière de promotion du territoire et de gestion des demandes d’implantation d’entreprises étrangères. Les travaux à venir porteront, entre autres, sur l’identification de filières stratégiques à développer sur le territoire, le recensement de l’immobilier disponible et la stratégie de réinvestissement.
  • La stratégie de revalorisation du territoire, qui passe par la mise en œuvre de nouvelles actions en faveur de l’attractivité du territoire, en tenant compte des mutations des besoins des acteurs.
  • La stratégie de digitalisation, dans l’objectif de maintenir les échanges avec les partenaires et de poursuivre les actions de promotion du territoire à l’international. Aussi, pour la première fois, l’édition 2021 du Séminaire des Places Aéroportuaires Durables (SAAIS) sera organisée à distance. L’Alliance et ses membres souhaitent également organiser des webinaires de promotion du territoire auprès des places aéroportuaires internationales. Ces évènements s’inscrivent dans la feuille de route qui lie l’Alliance à ses partenaires internationaux d’Atlanta aux Etats-Unis, de Pékin en Chine, et de Vantaa en Finlande.

En conclusion du Comité Attractivité, les membres et partenaires de l’Alliance ont confirmé leur souhait de poursuivre les travaux engagés dans le cadre de ces 3 grandes thématiques, tout au long du prochain semestre. Il est également proposé de définir des « action leaders » sur chacune des thématiques, afin de renforcer la coopération des membres sur les actions qui seront menées.

Karine Ratinaud

Un groupe de travail dédié à la revalorisation du territoire

 

Le 31 mars 2021, les membres de l’Alliance ont échangé dans le cadre d’un nouveau Groupe de Travail « Revalorisation du territoire ».

Une première séance organisée en février dernier a permis de constater qu’en Ile-de-France, la crise sanitaire a contribué à accélérer la transformation des habitudes de vie et de travail, ainsi que les mutations sur le marché de l’immobilier d’entreprises.

Face à cette évolution, les territoires ont été confrontés à la nécessité de s’adapter rapidement. C’est dans ce contexte que s’inscrit le GT « Revalorisation du territoire », dont l’objectif est de partager collectivement les propositions d’actions qui accompagneront la transition du territoire de Paris-CDG et ses environs.

Les réflexions collectives des membres de l’Alliance ont permis d’identifier plusieurs axes d’intervention. Il a été convenu de poursuivre les travaux autour des 3 premiers axes opérationnels suivants :

  • Renforcer la convivialité sur le territoire, ainsi que le sentiment d’appartenance ;
  • Développer une marque employeur commune sur le territoire ;
  • Adapter la communication à destination d’une cible internationale.

D’autres axes de travail en lien avec l’innovation, les green actions et l’économie sociale et solidaire, sont toujours en cours de réflexion. Un « Action leader » sera désigné parmi les membres, en vue de piloter les travaux de chaque axe, aux côtés de l’Alliance.

De nouvelles séances sont prévues, dans les prochains mois, afin de poursuivre les travaux.

 

Justine Gonzalez et Karine Ratinaud.

Interview de Damien Vinet, TLF Overseas

En janvier 2021, les équipes de TLF Overseas, organisation professionnelle initialement implantée sur la zone cargo de l’aéroport Paris-CDG, ont intégré les bureaux de Paris CDG Alliance dédiés aux partenaires. A cette occasion, nous avons interviewé Damien Vinet, délégué aux affaires aériennes et à la sûreté, sur le rôle de TLF Overseas et l’intérêt du partenariat avec Paris CDG Alliance et la Cité des métiers du Grand Roissy – Le Bourget.

 

Présentez-vous : quel est votre parcours et votre rôle au sein de TLF ?

Je m’appelle Damien Vinet, j’ai intégré TLF Overseas en janvier 2020 comme Délégué aux affaires aériennes et à la sûreté, après 5 ans au sein du Groupe Bolloré Logistics. J’ai souhaité quitter les opérations pour être au service d’une communauté cargo* avec une vision systémique. Je suis également secrétaire de l’ACFA, association étroitement liée à TLF qui fédère l’ensemble des professionnels de la Communauté Cargo française.

 

  • TLF Overseas est une organisation professionnelle qui défend les intérêts des commissionnaires de transport (aérien et maritime) et des représentants en douanes, plus communément appelés « RDE ».
  • L’ACFA est une association qui fédère et assure la promotion de la communauté Cargo.

 

Quels sont les enjeux pour la filière cargo ?

Les demandes d’importation et d’exportation n’ont globalement pas évolué, à l’exception du e-commerce. Cependant, elles ont été confrontées pendant la crise, à une chute des capacités d’import et d’export. La raison est simple : initialement plus de 80% du fret aérien était assuré par les soutes des avions passagers. Or, avec la chute du transport aérien de passagers, les capacités ont fortement diminué. L’enjeu principal, si le transport aérien de passager ne revient pas rapidement, est donc de réussir à augmenter la capacité cargo au départ des aéroports français, afin d’être en mesure de répondre favorablement aux importateurs/exportateurs. Et ainsi éviter que les compagnies qui affrètent des avions utilisent les aéroports d’Europe ou du Benelux pour du flux à destination et au départ de la France. La capacité cargo des aéroports français est un véritable sujet aujourd’hui.

Aussi, la communauté du transport aérien, doit répondre à un enjeu de développement durable. Pour cela, nous devons intensifier la transition énergétique. Il s’agira, par exemple, de mettre en place une stratégie de réduction et de valorisation des déchets et d’améliorer l’accessibilité des plateformes aéroportuaires grâce à une offre de transport plus attractive.

J’ajouterai un dernier point. Il faut savoir que nous allons fêter les 50 ans de l’aéroport dans 3 ans. Avec cet anniversaire, nous allons connaître un « papy-boom » des experts de notre métier qui vont partir en retraite. Il est nécessaire d’anticiper ces départs et trouver des jeunes avec la meilleure formation possible, sur tous les niveaux d’études et pour les différentes fonctions. C’est un véritable enjeu pour la plateforme aéroportuaire Paris-CDG, qui va mobiliser l’ensemble des acteurs de la filière : entreprises, organismes de formation, organisations professionnelles…

 

Que pouvez-vous nous dire des métiers de demain ?

D’une manière générale, je pense que nous allons rechercher des jeunes avec une vision du métier à 360° et pas forcément une expertise technique. Ces profils maîtriseront ainsi toute la chaîne logistique et feront des choix pragmatiques et qui ont du sens. Mais le métier en soi restera le même. Il s’agit de transporter des colis d’un point A à un point B.

Le gros sujet sur notre métier, qui a vraiment fait office de besoins en formation et en recrutement c’est celui des Déclarants en douanes. On est passé d’un modèle ouvert sur le monde à une société et à un contexte international où les pays ajoutent des droits de douanes pour inciter à consommer local et à produire local. Le Brexit en est un parfait exemple. On prévoit donc une augmentation des besoins sur ces métiers avec un nouveau rôle de conseiller qui permettra notamment aux importateurs / exportateurs d’identifier la meilleure solution.

 

Comment avez-vous connu l’Alliance ? D’où est né ce partenariat ?

J’ai connu l’Alliance (à l’époque GIP Emploi Roissy) en 2019 dans le cadre d’une étude sur l’avenir de l’activité cargo sur Paris-CDG que j’ai réalisé en parallèle de ma fonction de logisticien chez Bolloré Logistics. Lorsque j’ai intégré TLF Overseas, j’ai repris contact avec l’Alliance. A ce moment-là, nous recherchions de nouveaux locaux, plus proches de la gare Roissypole et l’Alliance avait justement des bureaux disponibles pour ses partenaires. Nous n’avons pas hésité, l’emplacement des locaux était idéal pour recentrer et ouvrir notre organisation professionnelle à de nouvelles thématiques. En échange de ces bureaux, nous nous sommes engagés à contribuer aux travaux de la Cité des métiers et, plus généralement, de l’Alliance.

Les entreprises que nous représentons peuvent être très intéressées par les sujets portés par l’Alliance et la Cité des métiers. C’est là tout l’enjeu du partenariat avec TLF.

 

Quelles actions menez-vous en lien avec l’Alliance et comment envisagez-vous la suite ?

Historiquement, TLF Overseas était très axé technique et s’inscrivait dans un microcosme lié aux métiers du transport et de la logistique. Audrey Filali, déléguée aux affaires douanières chez TLF, était très attachée à ouvrir le champ d’action de notre organisation professionnelle à un écosystème beaucoup plus large (écoles, interventions pédagogiques…). La crise sanitaire de 2020 a accentué ce besoin et il nous a semblé important de réussir à mobiliser les entreprises que nous représentons sur les travaux de l’Alliance. Les différents groupes de travail portés par l’Alliance (ex : alternance, cargo…) sont des sujets importants pour les entreprises et ont un réel impact. Et quel meilleur interlocuteur que Paris CDG Alliance pour porter des sujets systémiques qui ne sont pas focalisés sur la filière transport – logistique ?

En tant qu’organisation professionnelle, nous relayons les informations de l’Alliance auprès de notre communauté et nous convions nos entreprises aux travaux de l’Alliance. L’idée, à terme, est que nos adhérents travaillent en direct avec l’Alliance. Nous n’avons aucune valeur ajoutée à être un intermédiaire. Notre objectif est de faire le lien entre l’Alliance et nos adhérents afin de les mobiliser sur des sujets transversaux qui peuvent les intéresser. Et inversement, pour nos projets nous pouvons solliciter les organismes avec lesquels l’Alliance travaille. Par exemple, nous montons actuellement un « Cargo tour » avec l’ACFA. Et ce partenariat nous permet de convier des acteurs de l’emploi tel que Pôle emploi.

Tout le monde est gagnant :

  • TLF fait son travail de transmission et bénéficie du réseau de l’Alliance ;
  • Nos adhérents profitent des travaux de l’Alliance ;
  • L’Alliance profite de l’expertise technique de notre réseau d’entreprises.

Je dirais qu’on « apprend en marchant ». C’est pour ça que ce partenariat est génial. Il y a une réelle notion de synergie. La structure est là, les locaux sont chaleureux et propices à la réflexion, ce que l’Alliance fait nous intéresse et inversement… On est vraiment dans de la création, tout est possible et imaginable. Et j’espère que dans quelques années, lorsque l’on fera le point sur ce partenariat, tout le monde y aura trouvé son compte que l’on sera jugé sur nos résultats.

S’il y a des gens passionnés pour porter ces projets, qu’on a les bons interlocuteurs et le soutien des régions, des départements, de l’Etat et des ministères on a tout à gagner. Et ça, je trouve que c’est quelque chose qui manquait très clairement. Je pense que l’univers du cargo tel qu’on le décrit aujourd’hui n’était pas considéré ou était mal perçu par l’écosystème l’entourant. Jamais le monde de la Logistique n’avait été mis autant en lumière donc profitons-en. Peut-être que ça va inspirer des jeunes qui voudront participer à cela. Et j’insiste on a besoin de tout le monde et de tous les profils possibles du moins diplômé au plus diplômé. Chacun a sa place au sein de la Green Connected Cargo Community !

 

*Cargo = transport aérien de marchandises

 

Damien Vinet

DREAAM : Le guide des bonnes pratiques

Le rapport final présentant les résultats du projet DREAAM a été déposé auprès de l’Agence Erasmus +. Cette dernière étape vient clôturer deux années de travail partenarial  avec les places aéroportuaires membres du consortium (Paris CDG et Orly, Barcelone, Berlin, Bruxelles, Francfort et Maastricht) et l’ARC (Airport Regions Council). Ce projet touche à sa fin, il continuera cependant de rayonner à travers son « Guide des meilleures pratiques en matière d’emploi dans les places aéroportuaires ».

Ce guide est un recueil des bonnes pratiques en matière de formation et d’emploi au sein de places aéroportuaires. Il permet de donner les clés à d’autres places aéroportuaires et communautés locales pour innover et instaurer des outils pertinents susceptible d’être transposés sur ces autres territoires.

Ce projet a permis à ses membres de tirer les leçons des différentes actions réalisées en matière d’emploi et de formation. Ces informations sont précieuses et dureront dans le temps. Elles ont encore plus de sens aujourd’hui dans la mesure où les places aéroportuaires sont amenées à se renouveler pour faire face à l’impact de la crise de la Covid-19.

Le guide a été rédigé en Anglais et a été traduit en 4 autres langues (Français, Espagnol, Allemand et Néerlandais) afin de favoriser sa diffusion à l’ensemble de l’Europe. Pour le consulter, cliquez ici.

Le lien tissé entre les membres du consortium DREAAM laisse présager de futurs projets en faveur de l’emploi et de la formation sur ces places aéroportuaires européennes.

Mélissa Chollet-Makouche

DES REPRÉSENTANTS DE L'AÉROPORT DE DALLAS EN ESCALE À PARIS-CDG

Le 25 septembre, l’Alliance Hubstart Paris Region a eu l’occasion d’accueillir John Terrell, le Vice-Président du développement commercial de l’aéroport Dallas Fort Worth (DFW) et son adjoint pour évoquer les enjeux de l’immobilier aéroportuaire international.

Accompagné par M. Edouard Mathieu du Groupe ADP, la délégation a pu visiter l’aéroport de Paris-CDG et sa zone cargo. Cette visite a permis d’échanger :

  • les solutions que l’immobilier aéroportuaire peut apporter aux enjeux environnementaux actuels,
  • l’importance de dynamiser la ville aéroportuaire Roissypole à partir d’un développement économique diversifié.

Ensuite, l’Alliance a présenté l’aire aéroportuaire, sa dynamique économique, et l’offre de service qu’elle propose pour soutenir l’implantation d’entreprises internationales sur le territoire.

Pour clôturer cette visite, nos partenaires ont rencontré la nouvelle promotion Envol Pro pendant leur cours d’anglais. L’occasion pour John Terrell d’encourager les jeunes à se fixer des objectifs élevés et de profiter des nombreuses opportunités qui peuvent leur être proposées sur les plateformes aéroportuaires.

De gauche à droite : John Terrell, Mélissa Makouche, Aurélie Calaforra et John Brookby

Aurélie Calaforra

INTERVENTION AU SOMMET MONDIAL DES AEROTROPOLIS

Photo prise lors du Aerotropolis World Summit

Le GIP Emploi Roissy est intervenu, en tant que représentant de l’Alliance Hubstart, lors du 5ème Sommet mondial des Aerotropolis* à Londres. Cet évènement, organisé à Londres du 20 au 23 août dernier, a pour objectif de rassembler les principales places aéroportuaires mondiales dans le cadre, notamment, d’échange de bonnes pratiques.

Lors de cette 5ème édition, l’Alliance Hubstart a présenté le travail effectué sur le territoire du Grand Roissy – Le Bourget en matière de gouvernance et d’intégration des différentes parties prenantes sur les territoires aéroportuaires. Une opportunité pour valoriser les atouts de notre territoire et ainsi renforcer notre positionnement de leader sur les questions de développement durable de places aéroportuaires.

Marc Deman

*L’aerotropolis est une ville/un territoire où l’aéroport est au cœur des activités. Le développement urbain, l’infrastructure et l’économie gravitent autour de celui-ci. En bref, une ville-aéroport.

PETIT DÉJEUNER DE PRÉSENTATION DU SÉMINAIRE INTERNATIONAL DES PLACES AÉROPORTUAIRES DURABLES

Photo prise lors de ce petit déjeuner de l’information SAAIS

Un petit déjeuner d’information était organisé le 28 août dernier dans le cadre du prochain Séminaire International des places aéroportuaires durables (SAAIS). L’objectif de ce petit déjeuner, destiné aux TPE/PME du territoire, était de promouvoir une offre packagée leur permettant de se rendre sur ce séminaire et ainsi prospecter. Cette offre est conçue pour les entreprises qui souhaitent développer leurs activités à l’international.

L’édition 2019 du SAAIS se tiendra du 14 au 17 octobre prochain à Atlanta (USA) et accueillera des places aéroportuaires du monde entier. Il mettra à l’honneur l’usage des nouvelles technologies, de l’innovation et des big data en faveur du développement durable des aéroports. Pour cette occasion, l’Alliance Hubstart Paris Region a souhaité permettre aux entreprises franciliennes d’exposer leurs solutions en matière d’exportation en parallèle des conférences. De plus, une journée est dédiée aux entreprises, le « Start up day ». C’est l’occasion pour des entreprises franciliennes, au sein d’une délégation française constituée d’élus, de décideurs économiques et de grandes entreprises, de :

  • Exposer leurs solutions sur place et de rencontrer les places aéroportuaires présentes.
  • Rencontrer l’écosystème local (Mairie d’Atlanta, Invest Atlanta…),
  • Visiter les lieux stratégiques en matière d’innovations (Georgia Tech et Delta Hangar Lab),
  • Participer au Crystal Peach Award, événement mettant à l’honneur les investissements français dans les Etats du Sud des Etats-Unis. Une opportunité pour les entreprises de rencontrer leurs pairs et de nouer des relations d’affaires.

Les entreprises présentes lors du petit déjeuner ont souligné l’intérêt d’une telle mission en particulier pour toucher ce marché majeur. En effet, l’aéroport d’Atlanta est le plus grand aéroport mondial. Si vous souhaitez communiquer sur le sujet auprès de vos contacts entreprises, n’hésitez pas à nous contacter : melissa.makouche@giproissycdg.fr

Mélissa Chollet – Makouche

ACCUEIL D’UNE DELEGATION DE L’ADMINISTRATION DE L’AVIATION CIVILE DE CHINE (CAAC) PAR L’ALLIANCE HUBSTART PARIS REGION

Le 20 novembre 2018, à l’initiative du Groupe ADP, l’Alliance Hubstart Paris Region® a eu le plaisir d’accueillir une délégation, encadrée par Airbus et Sciences Po, de l’administration de l’aviation civile de Chine. Cette délégation était composée de représentants l’administration de l’aviation civile de Chine, de représentants de plusieurs aéroports, de compagnies aériennes et d’universités spécialisées dans l’enseignement de l’aviation civile. A cette occasion, les membres de l’Alliance ont organisé une journée de séminaire sur le thème de l’innovation territoriale.

Lors de cette matinée d’échanges, M. Sébastien Couturier a pu présenter les innovations en matière d’aéroports au travers de l’Innovation Hub, Mme Elisabeth Le Masson a présenté les innovations des places aéroportuaires et notamment le cas du Grand Roissy-Le Bourget en tant que place aéroportuaire durable reconnue. Enfin, M. Pierre Vidailhet est intervenu sur les innovations territoriales et la gestion du foncier sur les places aéroportuaires.

A l’issue des échanges, une visite guidée en bus a permis à la délégation de découvrir les développements réalisés et les projets en cours sur le territoire du Grand Roissy-Le Bourget.

Célia Charlet

Taille de la police