Interview de Jean-Marc Paris, AFT Transport et Logistique

Jeudi 29 juil 2021 | Attractivité | 5 min de lecture

 

Le 23 juin 2021, les équipes de l’AFT ont collaboré avec Paris CDG Alliance et La Cité des Métiers de Paris-CDG et ses environs, au Forum Transport et Logistique ! À cette occasion, nous avons interviewé Jean-Marc Paris, délégué régional Ile-de-France, sur le rôle de l’AFT et l’intérêt du partenariat avec Paris CDG Alliance. Ainsi que son point de vue sur l’évolution de la filière transport et logistique.

 

Pouvez-vous vous présenter ? Qu’est-ce que l’AFT ? Son rôle ?

L’AFT est une association à but non lucratif. Sa mission consiste à développer la formation professionnelle et l’emploi en Transport-Logistique, pour les entreprises relevant de la convention collective nationale des transports routiers et activités auxiliaires du transport (transport pour compte d’autrui) et les entreprises industrielles et commerciales disposant de moyens de transport. Elle joue un rôle d’interface entre les représentations professionnelles du transport, les pouvoirs publics et les acteurs de l’orientation et de l’emploi. L’AFT est présente sur l’ensemble de la France métropolitaine via 17 délégations régionales.
Ses missions :

  • Analyser les évolutions du secteur ;
  • Développer l’enseignement en Transport et Logistique ;
  • Soutenir les lycées, IUT et Universités (mise à disposition de véhicules-écoles, organisation de Journées Régionales Techniques, etc.) ;
  • Cofinancer la formation professionnelle ;
  • Informer et orienter les publics vers les métiers et formations du Transport et de la Logistique ;

Accompagner les entreprises du secteur sur leurs problématiques de formation, d’emploi et sur les questions sociétales.

A l’AFT depuis 2008, j’exerce la fonction de délégué régional Ile de France au sein d’une équipe de 4 personnes basée à Rungis.  Nous travaillons sur des missions de valorisation de nos métiers [NDLR : filière transport et logistique], d’orientation des publics, d’attractivité des formations transport – logistique et le déploiement de tout projet en phase avec la promotion de notre secteur d’activité. En relation avec les grands opérateurs publics et privés, l’AFT est l’interface entre les entreprises, le monde institutionnel et politique et les publics qui souhaitent intégrer nos métiers.

 

Quel est, pour vous, l’intérêt du partenariat avec Paris CDG Alliance ?

Le partenariat avec Paris CDG Alliance remonte maintenant à plusieurs années. L’Alliance rassemble des acteurs publics et privés du territoire de Paris–CDG et ses environs. Ce partenariat nous a permis de nous rapprocher d’un acteur institutionnel qui bénéficiait à la fois d’un ancrage territorial et d’un ancrage politique au sein d’un des territoires les plus dynamiques de la région Ile-de-France.  Il s’est construit selon trois orientations :

  1. L’exploitation des études chiffrées produites par Paris CDG Alliance via son Observatoire dynamique. La mise en parallèle de ces données chiffrées avec celles produites par notre observatoire de branche nous a permis de pouvoir produire des actions sur le terrain que nous avons mis en œuvre conjointement.
  2. La construction de partenariats avec les acteurs locaux présents sur les 50 communes qui travaillent depuis plusieurs années avec l’Alliance. Cette collaboration a contribué à mieux faire connaitre les missions de l’AFT au sein de ce territoire et de fédérer autour de projets innovants les acteurs du Service Public Régional de l’Orientation (lien article sur le sujet).
  3. Le lancement de projets récurrents et conjoints sur le bassin d’emploi et/ou en Ile-de-France. Depuis plusieurs années la “Semaine du Transport et de la Logistique” est devenue un événement incontournable sur Paris-CDG et ses environs. Cette année, avec la crise sanitaire, elle s’est transformée en “ Festival du transport et de la logistique“ à l’échelle régionale : de mars à septembre 2021 pas moins de 35 ateliers et forums ont été construits à destination des entreprises et du grand public. Il est prévu avec l’ensemble des acteurs qui ont contribué à cette réussite de faire perdurer l’événement en 2022.

 

A votre avis, comment va évoluer la filière Transport – Logistique ?

La filière Transport et Logistique se porte bien malgré le ralentissement que nous avons connu depuis mars 2020. Les chiffres, au 31 décembre 2019, montrent que nous totalisons en Ile-de-France presque 148 000 salariés avec une progression constante depuis 2010. Les effectifs en Ile-de-France représentent 1/5e des effectifs nationaux de la branche (744 357), avec plus de 6 000 emplois créés en 2019 soit une progression de (+ 4,3 %) par rapport à 2018

Le nombre de création d’établissements a également été important en 2019 avec une augmentation de près de 6 % en Ile-de-France. Nous devons souligner que le nombre de création d’entreprise sans salariés a explosé et représente 28 300 établissements contre 9 100 avec salariés. Cette constatation est essentiellement due à l’explosion du e-commerce et à la livraison du dernier kilomètre qui en 2020 et 2021 a progressé de près de 10 %. Même s’il convient d’être prudent sur la période 2020 et 2021, globalement l’activité est de nouveau à la hausse.

 

Question complémentaire : Selon vous que manque-t-il ? (Formation, intérêt des demandeurs d’emploi pour la filière…)

C’est la question la plus compliquée et pour laquelle il n’y a malheureusement pas de réponse évidente. Les raisons sont multiples.

En premier lieu, notre secteur d’activité est un secteur très réglementé. 80 % du plan de formation d’une entreprise du secteur est destiné à des formations obligatoires ou quasi obligatoires. On ne peut pas accéder à nos métiers sans bénéficier de ces formations. A titre d’exemple, un conducteur poids lourd ne peut conduire sans bénéficier d’une formation onéreuse de plusieurs mois.

En second lieu, l’attractivité du secteur reste prouver auprès des jeunes générations. Malgré un travail de plus de 50 ans sur le sujet, il nous reste encore à convaincre avec de nouveaux modes de communication, de nouvelles façons d’aborder le secteur.

Nous devons aussi convaincre les jeunes femmes de se projeter dans nos métiers. La mixité est un enjeu même si, d’années en années, nous voyons progresser le taux de mixité en formation et en emploi. Nous constatons souvent que certains métiers du transport sont des métiers de seconde partie de carrière. Cela prouve bien qu’il faut convaincre les jeunes de s’orienter vers ces métiers dès le collège ou le lycée.

 

Aujourd’hui nous constatons que beaucoup de personnes associent le transport et la logistique sur Paris-CDG uniquement au transport aérien. Selon vous, comment peut-on changer cette perception erronée ?

En effet c’est un constat que nous avons souvent eu l’occasion de remonter auprès des différents partenaires avec qui nous travaillons. L’attractivité des deux aéroports Charles de Gaulle et Le Bourget est telle qu’ils masquent, en termes de communication, les métiers qui gravitent autour de ces activités. Aussi, les « métiers de l’aéroportuaire » sont souvent associés à l’aérien, or ce n’est pas le cas.

Nous devons encore travailler auprès du grand public avec une approche sectorielle afin de faire comprendre que nos métiers sont en constante évolution et que certains champs, encore peu développés il y a encore quelques années, sont en train d’exploser. L’univers de la logistique est vaste. Il n‘est pas facile à expliquer auprès du grand public.  Nous devons aussi nous efforcer de faire comprendre la multitude des activités et des métiers qui sont connexes aux métiers de l’aérien et qui font l’objet d’une formation qualifiée, d’un métier prometteur et d’une rémunération appropriée.

 

Il faut savoir que cette activité est en train de rejoindre les secteurs les plus porteurs (d’ici 2030).

 

 

Jean-Marc Paris

 

actualités actualités actualités actualités

Les dernières actualités

Pour suivre l'actualité de l'Alliance, abonnez-vous à notre newsletter mensuelle.

Taille de la police