Catégorie : Compétences

Un appel à projet pour développer l’apprentissage

Avec la reprise de l’activité observée actuellement d’importantes difficultés de recrutement sont à prévoir. Le recours à la formation, notamment par la voie de l’alternance, apparaît comme une solution pertinente à court et à long terme pour le territoire. Cependant, cette voie de formation et d’insertion dans l’emploi doit encore trop souvent faire face à d’importantes problématiques de qualité et d’accompagnement, rendant son accès difficile et générant un taux de rupture élevé.

De ce fait, Paris CDG Alliance a lancé, pour la première fois, un appel à projet territorial afin de répondre à ces problématiques. Les structures d’accompagnement vers l’emploi et les centre de formation par apprentissage intéressés (Missions locales, CFA, E2C, boutiques club Emploi …) devaient présenter des projets permettant de répondre à 4 objectifs :

  1. Rapprocher les connaissances théoriques des missions qui seront effectuées à court terme en entreprise ;
  2. Développer des approches et/ou outils favorisant le dialogue permanent entre les formateurs et les tuteurs/maîtres d’apprentissage ;
  3. Professionnaliser les acteurs de l’alternance aux démarches qui anticipent les missions à court terme confiées aux apprenants par l’entreprise ;
  4. Inciter l’alternant à se placer dans une démarche de proactivité.

Cinq candidats ont pu défendre leur dossier devant un jury de sélection composé de membres de Paris CDG Alliance et du consortium Hub Compétences. Deux lauréats ont été sélectionnés :

Ces deux structures s’appuieront sur l’application GOWIZAPP afin de mener à bien leur projet. Celle-ci permet d’accéder à des ressources en ligne, d’impliquer les tuteurs dans le parcours de formation de l’apprenant, d’évaluer les objectifs et leur progression et d’améliorer la communication entre tous les acteurs de l’alternance grâce à un chat. Les professionnels seront formés à l’utilisation de cette application ainsi qu’à la démarche de proactivité.

la Mission Locale Val d’Oise d’Est

Le projet porté par la Mission Locale Val d’Oise d’Est consiste à accompagner 150 jeunes bénéficiaires du Contrat d’Engagement Jeunes (CEJ) à la prise en main du numérique dans le cadre professionnel. L’utilisation de l’application GOWIZAPP permettra la découverte des métiers, la formalisation des missions, le suivi des jeunes et la mise en valeur de leurs compétences.

Les bénéficiaires pourront participer à des ateliers visant à développer leur proactivité ainsi qu’à l’atelier « #L’alternance, votre solution ? », développé par la Mission Locale dans le cadre du plan de relance 1 jeune, 1 solution, qui aborde les thématiques suivantes :

  • Définir l’alternance ;
  • Comprendre les différents types de contrats ;
  • Comprendre les aides de l’État ;
  • Optimiser sa stratégie de recherche d’alternance (employeur et centre de formation) et valoriser son profil.

Le bénéficiaire validera son projet avec une période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP) et proposera des missions à effectuer pour démontrer sa proactivité et être l’acteur principal de son insertion professionnelle. Ces tâches seront validées en amont par l’entreprise d’accueil et modifiées ou améliorées si nécessaire.

Convergence 93

Convergence 93 et les Missions locales du territoire de Paris Terre d’Envol, soit la MLI Sevran-Tremblay-Villepinte, la ML d’Aulnay-sous-Bois et la ML de la MIRE (Drancy, Le Blanc-Mesnil), souhaitent innover dans l’accompagnement des jeunes intéressés par l’apprentissage.

Chacune de ces Missions Locales accompagnera 40 jeunes, soit 120 jeunes au total.

Le projet comprend la mise à disposition d’un référent apprentissage et d’un chargé de relation entreprise de chaque Mission locale pour :

  • Assurer le suivi des jeunes ;
  • Engager les partenaires dans le projet afin de recenser les opportunités de PMSMP et d’apprentissage ;
  • Coadministrer l’application
  •  pour suivre au plus près chaque jeune et identifier ceux qui pourront être recrutés rapidement.

De plus, des évènements de promotion de l’apprentissage et des CFA seront organisés, ainsi que des ateliers dédiés à la rencontre des jeunes avec les entreprises du territoire. Ils auront pour objectif d’informer les jeunes pour qu’ils puissent bénéficier de PMSMP ou de contrat d’apprentissage.

Les deux projets seront lancés en avril et prendront fin en décembre 2022. Ils permettront, in fine, d’évaluer la pertinence et la plus-value d’une approche « proactive » d’accès à l’emploi et à l’alternance en particulier auprès d’un public accueilli en Mission locale.

Baptiste Dumartin

RECO’RE : dispositif interdépartemental exceptionnel et expérimental

Afin de faire face à l’urgence et à la crise qui touchent les filières Aéronautique, Aéroportuaire et Aérienne (AAA) du territoire du Grand Roissy le Bourget, les 3 départements (77, 93 et 95) ainsi que Paris CDG Alliance avec le soutien du Fonds de dotation de la Communauté aéroportuaire de Paris cofinancent ce dispositif. 

RECO’RE c’est une « RECOnversion pour Rebondir vers l’Emploi. » 

Ce dispositif offre un accompagnement intense et de courte durée à des personnes particulièrement fragilisées par la crise et/ou par la perte d’un emploi (suivies dans des structures d’insertion du territoire), vers des métiers porteurs. Pour se faire, Paris CDG Alliance mettra à disposition du prestataire choisi son offre de services et notamment un accès aux données de l’Observatoire dynamique présentant les métiers porteurs. Une passerelle sera faite avec le dispositif Transco afin de connaitre les entreprises en recherche de candidats. 

Les futurs bénéficiaires (bénéficiaires du RSA, demandeur d’emploi de la filière AAA, alternants sans solution) ayant notamment travaillé ou s’étant formés dans la filière AAA seront identifiés par les structures d’accompagnement partenaires et seront amené à travailler leur projet / parcours professionnel. Pour ceux qui souhaitent une réorientation (temporaire ou durable), plusieurs étapes d’accompagnement leur seront proposés. En effet, ce public possède diverses expériences liées à la filière AAA, avec des compétences transférables. L’identification de ces compétences et la valorisation de celles-ci seront incontournables pour construire un nouveau projet professionnel. L’idée est d’identifier le public pouvant être sur un accompagnement immédiat, ciblé. Il entrera en complémentarité avec l’accompagnement existant proposé par les structures en charge de l’insertion et en aucun cas ne se substituera à lui. 

La volonté est de travailler sur la diminution du flux de demandes urgentes au sein des services d’insertion, pouvoir soulager au mieux les conseillers et ainsi limiter autant que possible la précarité constituée par la crise. 

Ce dispositif sera mis en œuvre par un prestataire qui aura la charge d’accompagner le public (200 bénéficiaires minimum) et de construire à partir de ses propres outils, expériences et savoirfaire l’accompagnement adéquat pour un retour rapide sur le marché de l’emploi. 

Le choix du prestataire est en cours. Un appel d’offre a été déposé sur la plateforme Maximilien afin de le sélectionner. La sélection sera terminée début mars 2022. 

Adrien Gencourt

Breakaway, un partenaire clé de la mobilité européenne !

Après plusieurs années de partenariat dans le cadre du dispositif ENVOL PRO, nous avons souhaité mettre à l’honneur ce partenaire historique. Marie Chevallier est la fondatrice de l’agence de placement Breakaway. Elle nous a accordé quelques minutes pour répondre à nos questions.

Breakaway, c’est quoi ?

Breakaway est une agence de placement qui a pour objectif d’aider des jeunes à partir à l’étranger dans le cadre d’une mobilité européenne. Nous proposons des stages professionnels à l’étranger et non pas des voyages linguistiques.

Notre travail consiste à accompagner ces jeunes dans leur projet de mobilité, du début à la fin. Pour commencer nous devons comprendre son profil et ses attentes afin de lui proposer un stage qui lui correspond. Ensuite nous nous chargeons de trouver un hébergement, le plus proche possible de son lieu de stage. Puis, tout au long de la mobilité européenne, nous l’accompagnons et nous nous assurons du bon déroulement de son expérience.

En plus de cet accompagnement, nous garantissons la coordination entre les différents acteurs impliqués. Une expérience de mobilité européenne implique 5 acteurs : le jeune, l’organisme d’envoi (ENVOL PRO), l’employeur, la famille et l’agence de placement (Breakaway). Nous veillons à maintenir un bon niveau de communication entre tous ces acteurs et nous tenons régulièrement informés les organismes d’envoi qui ne sont pas sur place du déroulé de cette mobilité.

Le Brexit et la COVID-19 ont eu quel impact sur votre activité ?

Effectivement, le Brexit a fortement impacté notre activité. Initialement, on ne proposait que des placements au Royaume-Uni. Lorsque le Brexit a commencé à être évoqué, nous avons rapidement identifié un plan B en proposant des premiers placements en Irlande.

Ça a été la meilleure décision que nous puissions prendre car nous avons pu rapidement basculer nos placements vers l’Irlande. D’un côté, l’impact a été négatif car le réseau, construit sur plusieurs années, au Royaume-Uni est devenu inutile du jour au lendemain. On garde l’espoir de pouvoir un jour reprogrammer des placements au Royaume-Uni. Mais en attendant, le point positif c’est que grâce à ce Brexit nous avons ouvert d’autres destinations. Aujourd’hui, on a développé notre offre plus largement avec Malte, l’Estonie, l’Espagne, le Portugal… ça ouvre le champ des possibles pour les jeunes et même pour nous. Proposer plusieurs destinations nous permet de mieux répondre à la demande de chaque candidat. On n’impose pas une destination, c’est lui qui la choisit. Ça nous permet également d’augmenter nos capacités d’accueil et de placements, ce qui est très pratique lorsqu’on traverse des périodes chargées.

La crise sanitaire liée au COVID est venue s’ajouter au Brexit. Elle a eu un impact direct sur notre activité. Avec les fermetures de frontière, notre activité, directement liée au voyage, s’est stoppée net. Mais nous avons pris la bonne décision. En arrêtant tout on a pu préserver notre structure.

Nous n’avons pas encore retrouvé le niveau d’activité que nous avions avant le début de la crise sanitaire. Certains de nos partenaires semblent encore frileux à l’idée d’organiser des mobilités dans ce contexte, ce qui est compréhensible. Cela dit, nous sommes confiants et convaincus que la situation va s’améliorer dans les mois à venir et que les choses reprendront leur cours au fil du temps.

COVID : les profils des candidats ont-ils évolué ?

J’ai l’impression que les profils des candidats ont évolué positivement. Ils sont meilleurs, notamment au niveau de l’anglais. Est-ce que ça veut dire que les bons profils ont du mal à trouver un emploi aujourd’hui ? C’est possible. Avec la crise, ces « bons » profils rencontrent certainement plus de difficultés à trouver un emploi. J’imagine que c’est ce qui les pousse à se tourner vers la mobilité européenne, notamment pour enrichir leur CV. De notre côté, ça nous simplifie la tâche. Ces candidats sont plus intéressants du point de vue des employeurs, ce qui facilite leur placement.

Constatez-vous une évolution de la posture professionnelle et du niveau d’anglais des candidats, entre le début et la fin de leur mobilité ?

Oui, surtout avec les candidats d’ENVOL PRO qui bénéficient d’un séjour assez long (3 mois). On voit une réelle évolution entre leur premier et leur dernier jour sur place. Ils prennent confiance en eux, ils progressent. C’est particulièrement vrai pour les candidats motivés. Un candidat qui décide de rester dans sa « bulle française » n’évoluera pas autant qu’un jeune qui s’ouvre au monde autour de lui et qui s’adapte.

Mais la plupart du temps ça fonctionne très bien. C’est un véritable plaisir de voir ces jeunes grandir, on sent qu’on a apporté notre petite pierre à l’édifice et qu’on les aide à prendre leur envol. Souvent, ça leur donne des ailes, ils sont prêts à tout ensuite. Une expérience comme celle-ci prépare de manière très concrète les participants à l’entrée dans la vie active et valorise les compétences qu’ils ont acquises sur le terrain.

Que diriez-vous du partenariat établi avec Paris CDG Alliance ?

Nous sommes très satisfaits du partenariat qui dure depuis plus de 6 ans déjà. On a trouvé un bon équilibre, avec une bonne communication et une relation de confiance bien établie. On se comprend, on est sur la même longueur d’ondes je pense, avec les mêmes objectifs. Je dirai que c’est un partenariat « facile ».

Si vous deviez convaincre des bienfaits et bénéfices de la mobilité européenne, que diriez vous ?

La mobilité européenne ça force l’ouverture d’esprit. On se heurte à quelque chose de différent, ce qui n’est pas simple. Avoir le courage de partir et se confronter à quelque chose de nouveau permet d’accéder à de nouvelles opportunités, des nouvelles rencontres… Pour moi il n’y a que des bénéfices, à condition d’être motivé au départ. Ça permet de gagner en confiance, en expérience tout en améliorant son niveau d’anglais. En plus c’est une expérience professionnelle à ajouter sur le CV. En parallèle le jeune grandit personnellement, il gagne en maturité et en adaptabilité. Ça le rend aussi plus crédible et donc plus intéressant du point de vue de l’entreprise.

C’est très satisfaisant aussi pour les structures qui envoient ces jeunes de voir rapidement les évolutions positives que cela engendre. On a la sensation de participer concrètement à l’avenir professionnel de cette personne.

 

Marie Chevallier

Un GT emploi-formation pour mieux anticiper les enjeux de recrutement de demain

Un an et demi après le début de la pandémie, la situation de l’emploi en lien avec l’activité de l’aéroport de Paris-CDG demeure paradoxale. D’un côté, le volume global d’emploi continue de décroître puisqu’il continue à s’adapter au niveau d’activité (qui reste toujours en deçà du niveau d’avant-crise). D’un autre côté, des opportunités en recrutement existent et ce, pour plusieurs raisons :

  • Faire face aux pics d’activité, notamment en été ;
  • Compenser certains départs de salariés de la plateforme qui ont rejoint d’autres secteurs d’activité ou d’autres secteurs géographiques ;
  • Compenser certains départs en retraite.

Or, avec la reprise du trafic aérien, le renforcement de la saisonnalité de l’activité et avec de nombreux départs en retraite prévus dans les prochaines années, les recrutements seront de plus en plus nombreux et complexes dans les mois à venir.

C’est donc pour mieux anticiper ces enjeux de recrutement qu’un GT emploi-formation a eu lieu le 15 décembre dernier. Les différentes animations (sous forme de « Focus Group ») ont permis de dégager trois axes de travail et une dizaine d’actions coordonnées sur le territoire. Voici ainsi quelques exemples d’actions qui seront mises en place dans les prochaines semaines :

  • Présenter les métiers porteurs auprès des différentes structures d’accompagnement à l’emploi ;
  • Renforcer le lien entre les prescripteurs et les entreprises par des présentations métiers/marques afin qu’elles fassent part directement des compétences attendues ;
  • Recueillir des témoignages mettant en avant des parcours professionnels de salariés de la plateforme et présenter les passerelles professionnelles existantes.

Le prochain GT emploi – formation permettra de faire un premier point d’étape sur l’avancement des actions. Il aura lieu le 31 mars prochain.

Maximilien Dubois

Référentiel de compétences en relation client

Equipe projet de l'EDEC Relation client

L’EDEC Relation client, cofinancé par la DRIEETS Île-de-France – le Groupe ADP – Paris CDG Alliance, touche à sa fin. Ce projet a réuni pendant un an 38 professionnels issus de 19 entreprises de l’aéroport. Leur objectif commun : coconstruire un référentiel des compétences nécessaires dans les métiers de la relation client post crise sanitaire. Une réunion de clôture a permis de valider le document final qui pourra désormais être diffusé à l’ensemble des partenaires locaux, et notamment aux organismes de formation.

Ce référentiel évalue, sur 4 niveaux, les compétences mises en œuvre dans les situations de relation client en aéroport. Le premier niveau concerne les compétences essentielles à l’embauche et le dernier s’adresse à un niveau d’expertise.

Au total 20 compétences clés, communes à l’ensemble des entreprises dont le métier concerne la relation clientèle, ont été recensées. Ces compétences sont illustrées par des exemples de situation qui permettront aux formateurs d’avoir des éléments pour préparer les mises en pratique.

Au-delà du référentiel, ce projet a permis d’illustrer plusieurs points :

  • L’hospitalité est au cœur de la performance des aéroports et dépend d’un ensemble d’entreprises et de professionnels qui doivent agir plus et mieux en équipe ;
  • L’environnement aéroportuaire représente un challenge pour les professionnels de la relation client au regard de la complexité des situations que l’on peut y rencontrer ;
  • Le niveau d’attente sur les compétences préalables au recrutement est très élevé et doit être mis à jour suite à la crise sanitaire ;
  • Les incertitudes de la reprise du trafic aérien amènent des situations complexes à gérer en termes de gestion prévisionnelle des compétences et de maintien des talents.

L’Alliance proposera prochainement des temps d’information et de travail avec les organismes de formation et les financeurs de la formation professionnelle pour partager les résultats, ajuster les plans d’action et actualiser les contenus de formation aux besoins de compétences des entreprises de l’aéroport.

Marc Deman